Tendance du commerce électronique coûteux: pas bon, remboursement ... et quittez ce retour

tendance du commerce électronique

Achetez quelque chose qui vous est livré gratuitement, déterminez que ce n'est pas ce que vous cherchiez, récupérez votre argent et conservez votre commande. Vrai ou faux? C'est de plus en plus vrai. Un nombre croissant de boutiques en ligne font savoir à leurs clients qu'ils n'ont pas à retourner leur «mauvais achat». Souvent déjà à l'avance. La raison est simple: les coûts associés à la manutention des produits retournés montent en flèche. Le consommateur en ligne sourit. Les experts de la vente au détail sont préoccupés par cette tendance coûteuse du commerce électronique.

Aux Pays-Bas, le retour des produits achetés et essayés devient incontrôlable. Nous sommes les champions absolus du retour en Europe. Plus de 13% de toutes les marchandises commandées retournent à l'expéditeur, la boutique en ligne, comme cela est apparu en janvier dernier enquête du livreur de colis DDP. L'Allemagne, l'Irlande, la Pologne et la Suisse nous suivent de près avec 12%. Le pourcentage de rendement européen moyen oscille autour de 10%. Les articles de mode sont au top. Les produits électroniques progressent rapidement. Le droit à des retours gratuits est un facteur décisif pour les consommateurs néerlandais de choisir une boutique en ligne spécifique. Plus le détaillant le rend facile pour des raisons commerciales, plus il y aura d'articles retournés.

Les retours gratuits sont depuis longtemps l'un des plus grands défis auxquels est confronté le secteur du commerce électronique. Nous avons écrit à ce sujet avant fichier de maux de tête que de nombreuses boutiques en ligne coûtent cher et ne sont pas socialement responsables. Les initiatives visant à réduire le nombre de retours ne sont pas encore couronnées de succès. Aucune boutique en ligne ne prend le risque commercial de voir le consommateur payer en premier pour le retour des articles.

Les coûts de transport et de manutention provoquent une tendance de commerce électronique onéreuse

En fait, un nombre croissant de boutiques en ligne disent: vous récupérez votre argent, mais gardez les choses. Het Financieele Dagblad a récemment révélé cette tendance de commerce électronique onéreuse. Il s'agirait principalement de petits colis d'une valeur allant jusqu'à 25 €. Les précurseurs de cette nouvelle tendance sont les boutiques en ligne qui vendent via bol.com et Ali Express. Selon la Financieele Dagblad, Coolblue et frank.nl participent également à la tendance. Motif: la somme des frais de transport et de manutention tels que le déballage, la vérification et la recherche d'un nouveau canal de vente se traduit par un élément de coût disproportionné. Annuler et prendre votre perte est moins cher. Un porte-parole de Coolblue le dit comme suit rtlz.nl: «Pour les clients, le droit au retour est réglementé par la loi. Mais retourner un câble HDMI ou une brosse à dents est bien sûr une perte de coût et de conduite des camionnettes. »

Les experts préviennent: les consommateurs vont abuser de cette tendance du commerce électronique

Les experts en vente au détail lèvent le doigt d'avertissement. Selon eux, il est possible que les consommateurs abusent de cette tendance du commerce électronique. De plus en plus de boutiques en ligne seront obligées de «distribuer» des produits. Les grands acteurs peuvent se le permettre assez bien, mais les chances que les petits magasins en ligne soient exclus du marché augmentent. Il s'agit d'une menace réelle, en particulier avec l'arrivée d'Amazon aux Pays-Bas. Les boutiques en ligne affiliées ont pu choisir l'option ici depuis longtemps Remboursements Sans retour. Ils indiquent que la commande ne doit pas être retournée, mais que le montant de l'achat sera retourné. Selon Amazon, cette option a été mise en œuvre à la demande des boutiques en ligne elles-mêmes. Pour réduire les coûts.

Le droit au retour est réglementé par la loi. Mais la loi n'en dit rien gratuite revenir. Il y a donc des voix pour que les consommateurs aident à payer pour ce processus coûteux. Des comparaisons sont même faites avec la discussion sur une obligation de dépôt sur les emballages en carton et en plastique et la taxe d'élimination sur les réfrigérateurs et les machines à laver qui a depuis été supprimée. Ce n'est pas une comparaison étrange, car tout le problème des retours coûte non seulement des millions au secteur du commerce électronique, mais il est également mauvais pour l'environnement. Les bus roulent et s'arrêtent et de nombreux produits sont détruits. Le consommateur est également très susceptible que les mauvais achats que vous n'avez pas à retourner disparaissent lors du clic. La montagne de déchets grandit.

Une tendance de commerce électronique onéreuse qui n'est pas facile à inverser

C'est un dilemme. Les boutiques en ligne veulent être durables, mais la convivialité est primordiale. Le droit de gratuite est une promesse essentielle dans le entonnoir de vente. Le consommateur néerlandais n'y renonce pas rapidement. Et la logistique compliquée entourant les envois de retour coûte beaucoup d'argent. Il y a donc de fortes chances que la devise «rembourser, mais vous pouvez conserver le produit» devienne la nouvelle norme pour les petits achats. C'est une tendance du commerce électronique qui n'est pas facilement inversée.

 

Étiqueté sous:

fr_BE
nl_NL en_GB fr_BE