L'impact sur le climat d'entreprises telles que Shell ou Tata Steel est visible pour tous. Mais plat l'impact climatique de Commerce électronique pas éteint. Cela peut être moins évident et tangible, mais pas nécessairement moins important si l'on additionne tous les maillons de la chaîne. Cela pourrait être plus durable. Pensez aux options de livraison alternatives, aux techniques d'emballage et à la réduction des volumes de retour. Dans la lignée du sommet sur le climat de Glasgow, Ecommerce Result énumère un certain nombre de développements.

Ils étaient tous là. Dirigeants mondiaux, directeurs d'ONG, militants et, last but not least, les PDG d'entreprises mondiales. Et tout le monde était excité, préoccupé par le changement climatique et s'exhortant à l'action. La plupart des PDG ont volé dans leurs jets privés pour faire une déclaration sur leurs ambitions vertes.

Jeff Bezos est venu à Glasgow dans son Gulfstream, 650ER, un avion d'affaires légendaire évalué à 56 millions d'euros. Après son vol de fusée très médiatisé en juillet, le propriétaire d'Amazon et l'homme le plus riche du monde a noté à quel point notre Terre semble fragile depuis l'espace. "Nous devons tous être solidaires pour protéger le monde", a-t-il déclaré. Le milliardaire Jeff Bezos « pense vert » lui aussi.

Planter des arbres en Afrique pour réduire l'impact climatique Ecommerce

Avec sa toute-puissante Amazon, nous pouvons voir Jeff Bezos comme la personnification de ce que Ecommerce apporte. Le monde a changé en peu de temps. L'impact du Ecommerce sur la société et notre comportement est dévastateur. Et avec lui l'impact climatique du Ecommerce. Il est douteux que quelqu'un comme Jeff Bezos change cela. Il a principalement utilisé le sommet sur le climat de Glasgow comme scène de relations publiques. En portant son fonds pour planter des arbres en Afrique à l'attention de la crème de la crème de notre planète. Une goutte dans l'océan.

Mais quelle est l'ampleur réelle de l'impact climatique du Ecommerce ? Initialement, les effets ont été estimés comme positifs. Après tout, en achetant en ligne, les consommateurs utilisaient moins souvent leur voiture. Cela permet d'économiser des émissions de CO2. Mais c'est penser un peu trop simple. Car Ecommerce permet un abaissement révolutionnaire du seuil lors de la commande de produits et articles. La commodité, comparer et acheter dans le confort de votre maison, est énorme, la certitude de pouvoir retourner gratuitement les articles s'ils ne vous conviennent pas, vous débarrasse de tous les freins. Les algorithmes intelligents fournissent des impulsions supplémentaires sous la forme de recommandations, d'examens et de sentiments d'urgence. Vous allez manquer quelque chose. Résultat : plus de transactions, plus de déplacements, plus d'émissions.

"Commandé aujourd'hui, livré demain" n'est pas durable

Bien que les consommateurs utilisent moins souvent leur voiture, les livreurs de colis travaillent de longues heures. Si vous additionnez toutes les camionnettes de livraison dans les villes, y compris les livreurs d'épicerie et de repas, cela se traduit par des émissions de CO2 substantielles. Il y a beaucoup à gagner ici. Les diesels disparaissent du paysage urbain, les chauffeurs-livreurs à vélo gagnent du terrain, l'électrification des flottes de véhicules est en marche, il y a déjà de sérieux philosophes sur la livraison par drone, la distribution via les points de collecte est en hausse, la flexibilité dans les options de livraison augmente.

Les méthodologies de distribution et de livraison sont au centre de l'attention. Les boutiques en ligne qui aspirent à une image verte et respectueuse du climat feraient bien d'offrir à leurs clients plus d'options de livraison et de sensibiliser activement aux alternatives de livraison moins nocives pour l'environnement. « Commandé aujourd'hui livré demain » est-il vraiment une valeur ajoutée ? Peu de consommateurs se rendent compte que leurs exigences élevées en matière de rapidité de livraison ont un impact sur l'ensemble de la chaîne logistique derrière chaque colis livré. Cette chaîne internationale est devenue très compliquée en raison du Ecommerce et la vitesse de livraison entraîne des gaspillages et des kilomètres émetteurs de CO2 inutiles.

B2C Europe, une société sœur du géant du transport de conteneurs Maersk, conseille aux grands entrepreneurs Ecommerce de mieux réfléchir aux solutions de transport internationales intelligentes et de bien communiquer aux clients qu'il existe un autre moyen. Par le optimiser les vacances à forfait et les clients dans ce processus, beaucoup de capacité de transport vide peut être évitée. Il s'agit de travailler ensemble, de combiner et d'opter le plus possible pour des solutions locales. Cela signifie que l'impact climatique du Ecommerce peut être réduit sans compromettre la croissance du secteur ou l'expérience client.

Une bonne stratégie d'emballage peut aider à faire du Ecommerce

Un autre sujet brûlant est la manière dont le secteur traite les emballages. Compte tenu des flux de distribution internationaux compliqués, un bon emballage est inévitable. Après tout, dans une chaîne de distribution avec un nombre considérablement accru d'arrêts intermédiaires - d'un porte-conteneurs énergivore au livreur à la porte - le risque de dommages ou de perte est élevé. Ce n'est pas bon pour l'expérience client et en tant que boutique en ligne ou plate-forme, vous avez rarement une seconde chance.

C'est donc une intention délibérée stratégie d'emballage très important, de préférence basé sur la connaissance de ce que vos clients attendent et apprécient. L'apparence de l'emballage et la joie de déballer contribuent de manière significative à l'expérience client. Mais l'excès est néfaste et de plus en plus de consommateurs sont conscients de l'impact négatif des matériaux d'emballage sur l'environnement. Cela vaut la peine d'y penser et l'application d'emballages durables et recyclables est le moins que le secteur puisse faire pour réduire l'impact climatique du Ecommerce.

Le climat paie le prix fort pour "pas bon, argent remboursé"

Un autre point délicat. Les retours. Le droit de retour et de remboursement légalement réglementé qui s'applique à Ecommerce est l'un des facteurs les plus importants pour réduire les obstacles à l'achat en ligne. Après tout, vous ne pouvez pas voir, sentir ou essayer des produits. Pas de problème, tant que la certitude de « pas bon, argent remboursé » existe. Cependant, cela s'accompagne d'un prix défavorable au climat. Après tout, les produits doivent être emballés, transportés et livrés à nouveau - cette fois non pas au client, mais au centre de distribution. Et là la question est alors bien de savoir si les produits peuvent être remis en circulation ou détruits.

Tout le monde a vu des images de lots déversés dans l'incinérateur ou le broyeur. Le plus poignant est le secteur de la mode en ligne. En moyenne, la moitié de tous les vêtements livrés aux consommateurs via les boutiques en ligne sont retournés ! Dans les centres de distribution, tout est sélectionné et contrôlé, ce qui coûte beaucoup d'argent. Pour cette raison, il existe déjà des boutiques en ligne qui disent à leurs clients : vous serez remboursé, mais voyez ce que vous faites de votre commande. Mais la plupart des boutiques en ligne font de leur mieux pour que les articles retournés soient en ordre et prêts à la vente, via leurs propres canaux ou acheteurs. Cela ne change rien au fait que des millions de kilos de textile sont incinérés dans le monde. Aux Pays-Bas, cela concerne 1,2 million de vêtements par an ! Et nous ne parlons que de la mode en ligne.

Ajustez et mesurez avec un avatar créé par vous-même

L'intérêt croissant pour les vêtements et les produits d'occasion, comme la popularité de plateformes telles que Vinted et Marktplaats ou Ebay, offre un certain soulagement. De plus, les entrepreneurs Ecommerce peuvent faire beaucoup eux-mêmes pour freiner quelque peu le nombre de retours. honnête et minutieux Information produit peut faire toute la différence. Pensez à des photos correctes, à de bonnes informations sur les dimensions et les tailles et à des spécifications suffisantes. Encore une fois, le défi ici est de sensibiliser les clients, même si cela semble entrer en conflit avec la mission de vendre le plus possible.

On s'attend à ce que l'application de la réalité augmentée contribue à rendre les achats en ligne plus durables. De plus en plus de marques de mode proposent la technologie pour vous aider en tant que consommateur propre avatar pour créer et essayer des vêtements en ligne. Les marges d'erreur sont de plus en plus petites. D'autres secteurs suivront. Pensez à Charlie Temple, l'opticien en ligne qui a une cabine d'essayage virtuelle opérationnelle. Les technologies basées sur les données et l'IA contribueront certainement à réduire progressivement l'impact climatique du Ecommerce. Ajoutez à cela le fonds altruiste du patron d'Amazon Jeff Bezos pour planter des arbres sur le continent africain, et nous, en tant qu'industrie Ecommerce, n'avons plus à nous soucier des ours polaires dans l'Arctique.